Yoshio KUROIWA

(1932-2010)

6ème dan d'Aïkido

 

Ecrit par Nicolas DE ARAUJO

 

 

Yoshio KUROIWA est né en janvier 1932 à Tokyo.

Enfant, il vit dans le quartier d'asakusabashi, au centre-ville de Tokyo.

A l'âge de 14 ans, alors qu'il est en seconde année de collège, il est agressé et se fait voler son argent par une bande de jeunes voyous. Après les avoir retrouvé pour se venger, Yoshio décide d'apprendre a se battre en pratiquant la boxe. Peu de temps après, il rejoint le club de Nippon Kento, fondé par Yujiro WATANABE, "le père de la boxe japonaise".  

Adolescent bagarreur, il se promène régulièrement dans les rues du quartier Chuo à la recherche de lycéens ou d'étudiants pour se battre avec eux. Après les avoir assommé, il collectionne leurs insignes d'école comme des trophées !

Boxeur talentueux, il prend part à une centaine de combats, de niveaux amateur à professionnel, et décroche le titre de "golden gloves" (gants d’or) au cours de sa carrière. Malheureusement, les catégories de poids n'existe pas à cette époque et Yoshio doit combattre des hommes bien plus lourds et puissants que lui. Ses combats lui coûte un décollement de la rétine et le force a abandonner ses rêves de boxe professionnelle en 1953.

Yoshio prend du recul sur son passé violent et cherche désormais un moyen de vaincre ses adversaires sans les frapper ! Il découvre un article de journal présentant Maître UESHIBA et l'Aïkido. Motivé par la découverte de cet art qui pourrait l'aider, il contacte l'auteur de l'article, Housou MAINICHI, qui l'autorise à utiliser son nom en guise de lettre d'introduction. 

Dès le lendemain matin, Yoshio se rend au Hombu Dojo de Tokyo et est accueilli par Sadateru ARIKAWA. Il débute la pratique le jour même, à l'âge de 21 ans.

Yoshio pratique l’aïkido quotidiennement en compagnie d'un petit groupe de pratiquants composé notamment du Doshu Kisshomaru UESHIBA, Shigenobu OKUMURA, Koichi TOHEI, Kisaburo OSAWA, Sadateru ARIKAWA, Seigo YAMAGUCHI, Shoji NISHIONobuyoshi TAMURA et Hiroshi KATO.

Le jeune KUROIWA rencontre quelques difficultés aux cours de ses premiers mois de pratique. Tout d'abord, Hiroshi KATO lui casse le bras pendant l'entraînement, puis après avoir guéri, Yoshio doit travailler très tôt chaque matin pour aider son frère à rembourser une dette, ce qui l'empêche d'assister aux cours du matin et du soir.

Maître UESHIBA est peu présent au dojo de Tokyo, il vit à iwama et voyage régulièrement dans ses dojos du Kansai. Il se rend au hombu dojo une fois par mois pour montrer quelques techniques. O Sensei ne montre chaque technique qu'une seule fois, sans donner d’instruction orale car pour lui "la technique n'est pas quelque chose qui est enseigné, c'est quelque chose qui est volé !" Quand il est présent, Maître UESHIBA parle de sujets ésotériques, hors de portée des jeunes élèves présents qui souffrent de rester longuement assis en seiza.

Yoshio accompagne parfois Maître UESHIBA dans ses déplacements (otomo) et lui sert de partenaire pour les démonstrations.

KUROIWA intègre ses connaissances en boxe dans sa pratique de l'Aïkido et deviens rapidement l'un des étudiants les plus forts du Hombu Dojo. Yoshio est également l'un des plus novateurs, il relit les techniques d’aïkido à la boxe, notamment aux frappes en crochets et en uppercuts, sans jamais étendre les bras, tout en dessinant une spirale ou un huit.

Son aïkido atypique lui apporte les reproches de Koichi TOHEI, alors directeur technique du Hombu. En 1958, au cours d'un entraînement, ce dernier lui lance "tout cela est inutile, vous n'avez pas de ki !", le caractère bien trempé de Yoshio entraîne une réponse immédiate "vous me dites que vous pouvez me toucher et tirer de l'électricité ! vous racontez des imbécilités...". A la suite de cet échange houleux, Koichi TOHEI ordonne, dès le lendemain, a tous les élèves de ne plus avoir de contact avec KUROIWA ! Ce dernier se présente au dojo pour la pratique quotidienne mais ne trouve personne, excepté le jeune Kazuo CHIBA, qui lui explique la consigne donnée par TOHEI Sensei. Maître UESHIBA, qui était au courant de l'altercation de la veille, entre dans la pièce et invite Yoshio à prendre un thé, évitant ainsi la confrontation entre les deux hommes.

Ne supportant plus l'idée de venir pratiquer dans le même dojo que TOHEI Sensei, KUROIWA décide de s'entraîner au dojo de son ami Shoji NISHIO. 

Gozo SHIODA, ancien élève de Maître UESHIBA et fondateur du Yoshinkan, à eu vent de l'altercation et souhaite recruter Yoshio. Informés de cette démarche, le Doshu Kisshomaru UESHIBA et Kisaburo OSAWA, invite KUROIWA a discuter de la situation autour d'un café. Les deux hommes souhaitent apaiser les tensions et lui rappelle que "l'Aïkido est O Sensei et pas TOHEI !"

Yoshio KUROIWA accepte finalement de rester dans le giron de l'Aïkikaï de Maître UESHIBA. Il est nommé instructeur en chef de l’Aïkido Club de l’Université Rikkyo de Tokyo.

KUROIWA Sensei s'entraîne avec l'équipe universitaire de lutte. Il doit faire face à de multiples projections par des attaques aux jambes. Cherchant le moyen de vaincre les lutteurs, il développe sa pratique des koshi nage qui deviendra célèbre par la suite.

A l'occasion du nouvel an 1962 (kagami biraki), Yoshio est promu 4ème dan aïkikaï.

Dans les années 70, KUROIWA Sensei rédige plusieurs essais pour la revue de l'Université Rikkyo ou il s'impose comme le chef de fil des clubs universitaires d’Aïkido.

Maître KUROIWA rencontre de graves problèmes de santé, tout d'abord sa vue se dégrade l'obligeant à porter d’épaisses lunettes pour protéger ses yeux particulièrement sensibles à la lumière. Dans l'attente d'une greffe rétinienne, il porte en permanence un téléavertisseur jusqu'à l'opération tant attendue qui est malheureusement bâclée et qui lui fait presque perdre définitivement la vue ! Il souffre également d'ulcères à l'estomac qui le conduise à une ablation partielle de l'organe. Cette opération le rendant de plus en plus amaigri.

Promu au grade de 6ème dan, KUROIWA Shihan refuse cette promotion. Cette situation provoque l'embarras à l'Aïkikaï et oblige le Doshu Kisshomaru UESHIBA à lui demander personnellement d'accepter cette promotion.

Maître KUROIWA accepte finalement ce grade avant de partir aux États-Unis en 1982. Il effectue son premier voyage aux USA et dirige deux stages à cette occasion.

En 1984, il ouvre un nouveau dojo dans le quartier d'asakusabashi, au centre-ville de Tokyo.

Auteur d'articles de qualité pour l'université Rikkyo, KUROIWA Shihan contribue au célèbre magazine Aïki News de Stanley PRANIN. Ses précédents articles sont traduits en anglais et publiés dans plusieurs numéros : "Training and cognition" (n°63 - 1984), "A common sense look Aïkido" (n°66 - 1985) et "Appearence and reality" (n° 81-82 - 1989). Maître KUROIWA participe également à une interview de groupe avec Mitsugi SAOTOME et Yasuo KOBAYASHI parue dans l'édition n°72. 

En 1985, il est invité à la première FRIENDSHIP DEMONSTRATION organisée par Stanley PRANIN. Cette rencontre historique se déroulent à Tokyo et regroupe un nombre important des principaux disciples du fondateur. KUROIWA Shihan se présente en costume de ville et fait une démonstration remarquée de sa pratique martiale unique !

Il est invité au Pérou, par son élève Michio KANAI, en 1993. KUROIWA Shihan dirige un séminaire international au centre culturel péruvien japonais à Lima.

En 1994, son ami Mitsugi SAOTOME l'invite à un stage international célébrant ses 40 ans de pratique en Aïkido organisé à Boulder dans le Colorado.

Refusant les promotions de grade, KUROIWA Sensei s'éloigne de plus en plus de l'Aïkikaï au fur et a mesure des années. Il continue cependant à donner des séminaires d'Aïkido jusqu’à l'aggravation de ses problèmes de santé.

Atteint d'un cancer du poumon et souffrant d'emphysème, il s'éteint le 19 janvier 2010 à l'âge de 78 ans.

 

Yoshio KUROIWA fut une figure atypique au sein de l'Aïkikai Hombu Dojo. Son passé de boxeur lui apportait une vision particulière sur l’aïkido. Son style unique, fruit des corrélations qu'il faisait entre les deux arts, était créatif et original. Malheureusement, son caractère singulier et ses problèmes de santé ne lui ont pas permis de fédérer un groupe important autour de lui. Parmi les élèves qui ont étudié sous sa direction, ont peux citer Ellis AMDUR, Hiroshi IKEDA (shihan 7ème Dan) ou encore Michio KANAI (5ème dan)...

 

LIENS :

Biographies : Lien 1 (Fra) - Lien 2 (Fra)

Interviews : Lien 1 (Ang) - Lien 2 (Ang) - Lien 3 (Esp) - Lien 4 (Esp) - Lien 5 (Ang)

Articles : Lien 1 (Ang)Lien 2 (Ang) - Lien 3 (Ang) - Lien 4 (Fra) - Lien 5 (Ang) - Lien 6 (Ang) - Lien 7 (Ang) - Lien 8 (Ang) 

Galerie vidéos

 

 

joomla template gratuitjoomla free templates
2018  Aikido Club de Montarnaud  globbers joomla template