Histoire de l'Aïkido au cinéma

Par Nicolas DE ARAUJO

 

 

Dans cette seconde partie consacrée au cinéma, je vous propose d'aborder l'histoire de l'Aïkido sur grand écran. Si les arts martiaux sont souvent à l'honneur dans l'histoire récente du septième art, l'Aïkido est un art martial peu mis en valeur dans les films d'action. Son apogée débute à la fin des années quatre vingt grâce à l’introduction de ses techniques par Steven Seagal à Hollywood, tout d'abord coordonnateur puis acteur. Voici un petit tour d'horizon pour les Aïkidokas cinéphiles et les amateurs des deux arts...

 

1975 - Les débuts : Gekitotsu ! The power of aïkido

 

 

L'histoire de l'Aïkido au cinéma débute naturellement au Japon, avec "Gekitotsu". Ce film réalisé par Shigero Ozawa, avec le karatéka Sonny Chiba dans le rôle titre de Maître Ueshiba, sort en 1975. Si le film ne brille pas par sa qualité, on peut malgré tout apprécier, en séquence d’ouverture, une belle démonstration du Doshu Kisshomaru Ueshiba suivie d'une séquence tournée au Hombu Dojo où l’on aperçoit furtivement Seigo Yamaguchi. Très romancé et éloigné de la réalité, ce premier film centré sur la vie du Fondateur et son art ne rencontre pas le succès auprès du grand public.

 

1982 - The Challenge ou les prémices de l'Aïkido sur grand écran

 

 

 

"The challenge" est un thriller américain réalisé par le réputé John Frankenheimer en 1982. Le film met en vedette le légendaire Toshiro Mifune et Scott Glenn, dans l'un de ses premiers grands rôles. Bien qu'il n'apparaisse pas à l'écran, ce film marque les premiers pas d'un certain Steven Seagal à Hollywood. Haut gradé de la discipline formé au Japon, ce dernier coordonne plusieurs scènes d'action basées sur les techniques d'Aïkido avant le début de sa propre carrière cinématographique. On peut notamment apprécier les techniques kote gaeshi et shiho nage réalisées par Scott Glenn dans la première vidéo suivi de kaiten nage et irimi nage subi par ce dernier dans le second extrait.

 

1987 - Yamada Sensei dans Masterblaster

 

 

Célèbre maître d'Aïkido, délégué de l'Aïkikaï aux USA depuis 1964, Yoshimitsu Yamada interprète son premier et unique rôle au cinéma en 1987. Il joue le personnage de Yamada (!) dans un film d’action américain intitulé "Masterblaster" ou l'exterminateur en français. Réalisé par Glenn Wilder, ce film de série B connaît une diffusion quasi confidentielle et ne laisse pas un souvenir inoubliable aux cinéphiles.

 

1988 - Nico, le film qui révéla Steven Seagal au grand public

 

 

 

Depuis la sortie du film "The Challenge", Steven Seagal a ouvert un dojo d'Aïkido à Los Angeles avec à sa tête Haruo Matsuoka, son ancien uchi deshi d'Osaka. A Hollywood, Seagal officie en tant que coordonnateur de films d'action et entraîne notamment Sean Connery pendant la préparation du James Bond "Jamais plus jamais" tourné en 1983. Une légende hollywoodienne raconte que Seagal aurait cassé le poignet de Sean Connery au cours d'un entrainement...

La carrière cinématographique de Seagal, démarre avec le film américain "Nico (Above the law)", où il partage l'affiche avec Sharon Stone et Pam Grier. Seagal devient ainsi le premier acteur/artiste martial à utiliser l'Aïkido lors des scènes de combat dans une production bénéficiant d'une diffusion mondiale. Très impliqué dans ce film (scénariste, co-producteur, acteur et chorégraphe), Seagal est au sommet de son art (pas de doublure) et de sa forme. A mille lieu de la philosophie de Maître Ueshiba, il joue le rôle de Nico Toscani, un flic violent agissant au dessus des lois pour démanteler un cartel de la drogue dans les bas fonds de Chicago. Dans ce polar urbain, réalisé par Andrew Davis, Seagal livre des scènes d'actions novatrices pour l'époque et sa maîtrise de l'Aïkido fait une forte impression sur la pellicule. Le film débute notamment par une scène d'ouverture explosive où l'on peut apercevoir Haruo Matsuoka parmi les pratiquants.

 

Steven Seagal et ses techniques d'Aïkido, star des films d'action des années 90

 

 

Malgré le succès moyen de son premier film (18 millions de dollars au box-office américain), l'acteur signe un contrat avec la société Warner Bros pour trois films supplémentaires. En 1990, Seagal joue dans "Échec et Mort (Hard to Kill)", et "Désigné pour Mourir (Marked for Death)", édité par la 20th Century Fox. En 1991, il joue dans "Justice Sauvage (Out for Justice)". Ses trois films sont des succès au box office et font de lui une star des action movies aux USA. En 1992, il retrouve Andrew Davis pour le film "Piège en haute mer (Under Siege)", où il interprète son rôle le plus célèbre : Casey Ryback, un marin cuisinier ancien membre des navy seal. Ce film est un succès aux États-Unis comme à l'étranger et engendre 156,4 millions de dollars de recette, ce qui en fait son film ayant le plus de succès après Nico.

Ce dernier film marque l'apogée du succès de Steven Seagal au box-office mondial. Malgré sa grande brutalité et sa violence excessive, en totale contradiction avec la philosophie de notre art, l'Aïkido dynamique et efficace démontré par Seagal concoure grandement à développer sa popularité dans le monde entier. A travers ses différentes scènes d'actions, Seagal démontre un panel varié de techniques à mains nues, aux armes et même en suwari waza ! Par l'intermédiaire de ses premiers films, il suscite l'envie de pratiquer l'Aïkido chez un très grand nombre de personnes.

 

1993 - "Soleil levant" avec Sean Connery, 2ème dan d'Aïkido !

 

 

Après les excellents polars américains "The Yakuza" et "Black Rain", traitant des liens et des différences culturelles entre les États-Unis et le Japon à travers la pègre japonaise et le mythe des yakuzas, "Soleil levant (rising sun)" sort dans les salles en 1993. Réalisé par Philip Kaufman, ce film met en vedette Sean Connery et Wesley Snipes. Pauvre en scène d'action, le film nous offre tout de même une séquence où l'on peut voir Sean Connery (ceinture noire nidan autrefois coaché par Seagal) utiliser quelques techniques à mains nues (kaiten nage) et de défense contre coup de pied.

Si Wesley Snipes n'utilise pas de techniques d'Aïkido dans Soleil Levant, il nous gratifie d'un kaiten nage et d'un tenkan de haute volée (à 2min10) dans la séquence suivante du film "Demolition Man" sortie dans les salles la même année.

 

 

Toshishiro Obata, du Yoshinkan à Hollywood

 

 

Expert en arts martiaux, Toshishiro Obata débute la pratique de l'Aïkido en 1966, au Yoshinkan Dojo de Gozo Shioda, à l'âge de 18 ans. Il étudie ce style en tant qu'élève interne (uchi deshi) et enseigne l'Aïkido au Yoshinkan Hombu mais également dans des universités, à la police anti-émeute de Tokyo et à l'armée japonaise. Il étudie, en parallèle, l'école "Yagyū Ryu", avec le soke Yagyū Nobuharu et l'art du Zen avec des membres du Shiyukai. Obata abandonne sa position d'uchi deshi en 1973 pour étudier de manière intensive plusieurs écoles de sabre traditionnelles japonaises, notamment le Nakamura Ryu, le Toyama Ryu, le Yagyu Shinkage-ryu, le Kashima Shin Ryu, le Ioriken Battojutsu et le Ryukyu Kobudo.

Par la suite, Obata intègre le Tate Dojo, en tant que Shihan de Bujutsu et devient membre du Tokyo Wakakoma. Obata Sensei officie en tant qu'entraineur, pendant sept ans, dans ce groupe d’élite de pratiquants d’arts martiaux, qui travaillent en tant que chorégraphes ou cascadeurs pour la télévision et le cinéma japonais. Son influence entraîne l'intégration progressive des techniques d’sur les écrans japonais.

En 1980, s’installe aux États-Unis avec le titre de chef instructeur en Amérique du nord pour la . Il est également chargé par la «» de fonder la «» et d’en être l’instructeur en chef. Il développe en parallèle son propre art qu'il nomme Shinkendo et parcourt le monde pour diriger des séminaires pour ses étudiants.

Grâce à son expérience avec le Tokyo Wakakoma et aux contacts établis dans le monde des arts martiaux, Obata sensei débute sa carrière cinématographique américaine, en 1984, en tant que coordonnateur de scènes de combat au sabre pour le film "Ghost Warrior". Il apparait dans de nombreuses productions estampillées "little Tokyo" parmi lesquelles "Black Rain" (1989), "China O'Brien" (1990), où il officie également en tant que coordonnateur, "Les Tortues Ninja I & II" (1990 & 1991), "Showdown In Little Tokyo" (1991), "Soleil Levant" (1993), "Demolition Man" (1993), "Red Sun Rising" (1993), "Blue Tiger" (1994), "The Shadow" (1994) ou encore "La Proie" (1995). Il fait également plusieurs apparitions dans des séries télévisées (dont Walker Texas Rangers) et des documentaires sur les arts martiaux.

 

Pascal Guillemin chorégraphe pour le cinéma international

 

Pascal Guillemin avec l'acteur Fred Testot

 

Pascal Guillemin découvre l'aïkido en 1987 à l'âge de quinze ans et s'entraîne de façon intensive durant une douzaine d'années auprès de Christian Tissier. Uchi deshi puis assistant, il devient l'un des principaux instructeurs du Cercle Tissier. Collaborant avec le milieu artistique, par ses cours à l'Alcazar, Guillemin sensei officie pour le cinéma français et international en tant que chorégraphe de scènes de combat, acteur ou cascadeur comme dans "Largo Winch" (2008), "Le transporteur 3" (2008) ou encore "La rafle" (2010).

Il prépare également des acteurs tel que Fed Testot, qui interprète un professeur d'Aïkido dans "Le grand méchant loup" (2012) et collabore dans les productions internationales "Le dernier samouraï" (2003) avec Tom Cruise ou "Babylon A.D" (2008) avec Vin Diesel et Michelle Yeoh.

 

Bonus : Toshiro Suga affronte James Bond dans "Moonraker" 

 

 

C'est par l'intermédiaire de Michael G. Wilson, pratiquant d'Aïkido en Grande Bretagne et producteur délégué du film "Moonraker", que Toshiro Suga décroche une audition. La discussion s'effectue à la suite d'un stage d'Aïkido, autour d'un repas, avec Wilson et les maîtres Chiba et Kanetsuka !

Le film étant une coproduction franco-britannique, Wilson embauche plusieurs acteurs français, Suga Sensei est ainsi choisi pour interpréter le personnage de Chang, un redoutable homme de main, antagoniste de Bond. En raison de taxes trop contraignantes au Royaume-Uni à cette époque, le tournage de 007 est délocalisé en France pour la première fois. Les scènes de combats à mains nues sont coordonnées par le célèbre Claude Carliez.

En bonus, une interview de Suga Sensei où il revient sur ses premiers pas au cinéma au Japon et sur le tournage de Moonraker avec son ami, le "gentleman", Roger Moore.

 

Merci à Jean-Daniel et Valérie pour le travail de relectures.

Parution Dragon Magazine n°26

 

 

Bonjour à tous,

Le numéro 26 du magazine trimestriel Dragon spécial Aïkido est paru dans les kiosques le 9 octobre 2019.

Au sommaire de cette 26ème édition : "Faut-il être fort ?"

Pour la vie des maîtres, je vous propose la lecture de la biographie de Katsuzo NISHI, l'un des pères de l'Aïki Taïso.

Voici l'édito de notre rédacteur en chef, Germain CHAMOT :

"Quel sujet pourrait mieux synthétiser les attentes de l'aspirant Budoka ? Nombreux sont les débutants qui s'intéressent à la pratique martiale dans l'optique de « devenir fort ». Quelle réalité cela recouvre-t-il ? S'agit-il de force physique, de force mentale, de prouesse technique ? Vous trouverez un grand nombre de pistes de réflexion dans ce numéro.Vous pourrez également (re)découvrir deux maîtres d'exception. Luc Medan rend hommage à Kanetsuka Senseï dont il a suivi l'enseignement pendant de nombreuses années. Ezequiel Entelman quant à lui nous présente les différents maîtres qui ont marqué le parcours de Toheï Senseï. Enfin, découvrez l'archerie équestre avec Frédéric Luneau. Discipline que l'on retrouve présente chez les peuples cavaliers, faisant écho au Yabusamé japonais, l'archerie équestre européenne, orientée vers une forme de pragmatisme, connaît un nouvel essor.

Vous souhaitant un excellent début de saison, Bonne pratique !

Germain Chamot"

 

Merci à tous les contributeurs pour la qualité de ce nouveau numéro.

Votre magazine est disponible chez tous les bons marchands de journaux au tarif de 7€.

En vous souhaitant une bonne rentrée martiale.

Nicolas

Reprise des cours - Saison 2019/2020

 

Bonjour à tous,

L'Aïkido Club de Montarnaud reprendra son activité le vendredi 6 septembre 2019 à la Halle des sports de Montarnaud.

Les cours sont ouverts à tous (adolescents et adultes tous niveaux) les lundis et vendredis à partir de 20h30.

Plus d'informations pour les cours, les inscriptions et les tarifs en cliquant ici.

Pour une séance gratuite "découverte", il vous suffit de vous présentez aux jours et aux heures d'entraînement. Munissez vous simplement d’un tee shirt et d’un jogging.

Comme la saison dernière, notre club participera a la foire aux associations de Montarnaud le samedi 7 septembre 2019 (de 10h00 à 13h00). Nous tiendrons un stand sur l'esplanade Jean Moulin.

Cordialement à tous...dans l’attente de vous retrouvez nombreux sur les tatamis.

 

L'équipe de l'A.C.M.

L'Aïkido au cinéma - première partie

 

Voici une sympathique compilation de techniques d'Aïkido utilisées dans des films d'action. 

Si Steven Seagal (par ailleurs 7ème dan d'Aïkido) reste une référence du cinéma d'action depuis la fin des années 80 (voir mon article sur son premier film), cette vidéo fait la part belle aux acteurs d’aujourd’hui (Keanu Reeves, Jason Statham, Matt Damon, Scarlett Johansson...).

Si la question de l'efficacité de l'Aïkido vous intéresse, cette compilation de Kote Gaeshi peut apporter quelques éléments de réponse.

Le cinéma est un média qui touche le grand public, notamment les jeunes. Voir des techniques de notre art, trop peu médiatisé, sur grand écran permettra peut-être de susciter quelques vocations. Encore faut-il savoir que c'est de l'Aïkido !

A cette fin, je vous propose quelques extraits de films d'action ou l'on retrouve les techniques d'Aïkido / Aïki Jutsu. Au delà de l'ultra violence montrée, en totale contradiction avec la philosophie de notre art, il est intéressant de voir le dynamisme et l'application des techniques dans un contexte différent du dojo.

 

 

 

 

 

En bonus, un peu de douceur avec cette vidéo de Katherine Heigl :

 

Prochainement, la suite de cet article consacré à l'Aïkido au cinéma avec quelques pépites et raretés !

 

Biographie "Isamu Takeshita, le précieux soutien de maître Ueshiba"

 

 

 

Bonjour à tous,

Je vous propose la lecture de la biographie d'Isamu Takeshita parue dans le magazine Dragon Spécial Aïkido n°24 d'avril 2019.

Vous pouvez également consulter, sur le site du club, les précédents textes que j'ai rédigés pour Dragon Magazine :

- Noriaki Inoue, le premier disciple d'Ueshiba

- Kisshomaru Ueshiba, une vie au service de l'Aïkido

- Metsuke, la pratique du regard

La biographie de Kenji Tomiki est actuellement disponible en kiosque dans le Dragon Spécial Aïkido n°25.

Je profite de ce post pour remercier Jean-Daniel et Valérie pour le travail de correction et de relecture.

Bonne lecture à tous.

Nicolas

joomla template gratuitjoomla free templates
2019  Aikido Club de Montarnaud  globbers joomla template