44 questions sur l'Aïkido

 

 

Je profite de la parution du second tome des "44 questions sur l'Aïkido" pour vous présenter cette belle initiative.

Les auteurs, Youlika Michalski et Cédric Chort, tous deux enseignants 4ème dan diplômé d'Etat, ont relevé le défi de proposer un guide autour de l'Aïkido en 44 questions, 44 réponses et 44 photographies. Soutenu par Luc Bouchareu Shihan (7ème dan), auteur de la préface, leur premier tome est paru en 2013.

"Pensé pour les débutants et les curieux, mais recommandé à tous les pratiquants", leur premier ouvrage a rencontré un franc succès.

Si vous souhaitez en savoir plus, il vous suffit de consulter le site officiel  www.44questions.fr

Vous pourrez y trouver la liste des questions et le bon de commande des deux tomes

Bonne lecture à tous...

 

Document inédit 50ème anniversaire du souvenir de Maître Ueshiba

 

 

Nous célébrons aujourd'hui le 50ème anniversaire de la disparation du Fondateur de l'Aïkido, Morihei UESHIBA.

Plus que tout art martial l’Aïkido est l’image de la pensée de son fondateur. Aussi, retrouver des archives inédites d'O Sensei, cinquante ans après est Extraordinaire !

Chose possible en ce jour un peu spécial, grâce au précieux travail de Eric Groussiliat, pratiquant d'Aïkido français qui réside et enseigne au Japon depuis 2008. Eric a découvert un documentaire japonais sur l'Omoto Kyo et Maître Ueshiba. Fait rarissime, le documentaire présente des démonstrations filmées du Fondateur pendant les années trente.

La première démonstration se tient au Kobukan dojo de Maître Ueshiba ou ce dernier présente une série de techniques Kokyu Nage. La seconde se déroule à l'occasion du Budo Taïkaï de novembre 1936. Ces films constituent un témoignage quasi unique (avec le film tourné au journal Asahi en 1935) des techniques d'avant guerre d'O Sensei.

Un grand merci et bravo à Eric Groussiliat pour la découverte et le partage de ce document historique. C'est un beau cadeau fait à tous les aikidokas, en ce jour de souvenir du Fondateur de l'Aïkido.

 

Le documentaire dans son intégralité en vo :

Le Dragon Magazine Spécial Aïkido n°24 est dans les kiosques

 

 

Bonjour à tous,

Le dernier numéro du magazine trimestriel Dragon spécial Aïkido est dans les kiosques depuis le 8 avril 2019.

Au sommaire de cette 24ème édition un dossier spécial sur "l'art des saisies".

Pour le dossier des élèves du Fondateur, je vous propose la biographie de l'Amiral TAKESHITA.

 

Voici l'édito de notre rédacteur en chef, Germain CHAMOT :

L'Aïkido est une discipline riche et vaste. Malheureusement, le message de paix et d'harmonie qu'elle porte en elle a parfois servi à justifier l'existence de pratiques incohérentes martialement parlant. Indéniablement les saisies peuvent rentrer dans cette catégorie.
Les différents experts qui traitent ce thème l'indiquent clairement : si leur approche est construite avec intelligence elles sont un formidable levier de progression. A contrario, si elles deviennent vides de sens, elles sont synonymes de perte de temps.
Ne manquez pas leurs réflexions, pleines de bon sens.
Dans la même veine, je vous propose une nouvelle rubrique « exploration », qui traitera le thème central en proposant des exercices d'application afin de tirer soi-même ses conclusions.
Retrouvez également la biographie de l'amiral Takeshita, qui fut le premier pratiquant à présenter l'Aïkido hors du Japon.
Emmanuel Bertranhandy nous propose à nouveau une intéressante réflexion sur l'avenir de l'Aïkido, en l'abordant par l'angle de la communication au grand public.
Enfin, événement incontournable de la saison martiale, la Nuit des Arts Martiaux Traditionnels (NAMT) aura lieu samedi 22 juin au Théâtre Déjazet. Comme à l'accoutumée elle sera accompagnée du grand stage multidiscipline : le Taïkaï. Nicolas Lorber démontre l'intérêt de participer à ce genre d'événements.

Bonne lecture et... bonne pratique !

 

Merci et bravo à Germain et toute l'équipe des contributeurs pour ce beau numéro.

Votre magazine est disponible chez tous les bons marchands de journaux au tarif de 7€.

En vous en souhaitant une agréable lecture.

 

Nicolas

Stage Midori No Hi 2019

 

Valérie, Bernard et Nicolas ont participé au stage Midori No Hi (grand nettoyage), qui s'est déroulé du vendredi 12 avril au mercredi 17 avril 2019 à l'Ecole Nationale d'Aïkido (Bras - 83).

Une trentaine d'Aikidokas venus des régions Picardie, Grand Est, Languedoc Roussillon et de la Réunion ont pratiqué sous la direction de Jean-Pierre LAFONT (CEN - 6ème dan) pendant une petite semaine.

Nous avons eu le plaisir de partager ce stage avec nos amis du Cercle des Arts Martiaux d'Amiens de Jean-Pierre HORRIE (6ème dan), le professeur de Nicolas et Valérie. Ce fut également un grand plaisir de retrouver nos amis Xavière et Jean-Jacques, intendant du Dojo Shumeikan de Maître TAMURA.

Merci à Jean-Pierre LAFONT sensei pour la qualité de son enseignement. Merci à tous les participants pour leur bonne humeur, leur sympathie et leur engagement dans la pratique durant ces quelques jours... Vivement l'année prochaine !

Galerie photos disponible sur notre page facebook.

L'Aïkido au féminin, des pionnières aux expertes actuelles

 

Mariye TAKAHASHI et Maître UESHIBA

 

A l'instar de Tomoe GOZEN, célèbre femme samouraï, de nombreuses féminines ont pratiqué les arts martiaux dès leurs origines. L’aïkido ne fait pas exception, bien au contraire. A travers l'histoire de notre discipline, les noms de ces pratiquantes japonaises et occidentales, tout d'abord pionnières puis expertes résonnent aujourd'hui. A l'occasion de la journée internationale des femmes je vous propose les portraits de ces pratiquantes féminines remarquables.

 

LE TEMPS DES PIONNIERES...

Takako KUNIGOSHI et son partenaire Shigemi YONEKEWA

 

Morihei UESHIBA, le fondateur de l'Aïkido à toujours enseigné son art aux femmes sans distinction. Dès ses débuts à Tokyo, dans le milieu des années vingt, des cours était ouvert aux filles de ses riches et nobles contributeurs. En 1931, O Sensei inaugure son premier dojo dans la capitale, le Kobukan. Dans ses rangs, on retrouve deux jeunes étudiantes, Kazuko SEKIGUCHI et Takako KUNIGOSHI. Pionnières courageuses, les deux jeunes femmes sont obligées de se changer dans un espace extrêmement restreint. A cette époque, il n'y pas de vestiaire réservé aux femmes et elles sont obligées de mettre et de défaire leurs tenues entourées d’hommes. Âgées d'une vingtaine d'années, elles s'entraînent régulièrement et sert même de partenaire à Maître UESHIBA qui les projettent sans se retenir, ne faisant ainsi pas la moindre différence entre les hommes et les femmes. Artiste de talent, Takako KUNIGOSHI exécuta en 1934 les illustrations du livre Budo Renshu, destiné aux étudiants en guise de licence d’enseignement. Pratiquant jusqu'au début de la seconde guerre mondiale, elle obtiendra le grade de 3ème dan.

 

O Sensei et Fukiko SUNADOMARI

 

Après la seconde guerre mondiale et le retrait du Fondateur à Iwama, la pratique reprend progressivement au dojo de Tokyo. Au milieu des années cinquante, le nombre de pratiquants commence à augmenter et le hombu dojo accueille les premiers uchi deshi (élèves internes) d'après guerre. Fukiko SUNADOMARI est la première à vivre occasionnellement parmi eux. Étudiant également l'art du Naginata, elle est la sœur de Kanemoto et Kanshu SUNADOMARI, élèves d'avant guerre de Maître UESHIBA. Au fil du temps elle devient la confidente et l'assistante personnelle d'O Sensei. Ce dernier lui attribue personnellement le grade de 6ème dan. Figure importante du Hombu Dojo, Fukiko occupera la fonction de Fujin Bucho (chef de la section des instructeurs féminins) pendant plusieurs années.

 

Virginia MAYHEW - Années 60

 

Sous l'impulsion du Doshu Kisshomaru UESHIBA, l'Aïkido se développe dans les universités et les entreprises japonaises. Ce dernier encourage également la pratique des femmes avec l'ouverture de cours spécifiques au Hombu Dojo dès 1956. Parmi les pratiquantes de l'époque, nous retrouvons notamment Rumiko San (future épouse de Maître TAMURA), Fumiko KOBAYASHI (soeur de Yasuo et future épouse de Shuji MARUYAMA) et Mariye TAKAHASHI.

Les années soixante voient les premières femmes occidentales étudier l’Aïkido. Pionnière parmi les pionnières, l'Américaine Virginia MAYHEW débute la pratique en 1960. Promue 2ème dan par Maître UESHIBA, elle sera à l'initiative de la création de l'Aïkikaï de New York puis de l'Aikikaï de Hong Kong. Suivront les américaines Joanne SHIMAMOTO (future épouse d'Akira TOHEI) puis Mary HEINY. Cette dernière étudia l'Aïkido dès 1965 avec O Sensei puis Michio HIKITSUCHI. A son retour aux USA, elle enseigne l'Aïkido à l'Université de Californie à Santa Cruz puis ouvre son dojo à Seattle en 1976. Actuellement 7ème dan, Mary HEINY est l'une des femmes les plus gradés au monde. Les françaises Jacqueline GRESLE et Monique VENNER (3ème dan) ont également étudié à l'Aïkikaï Hombu Dojo sous la direction de Maître UESHIBA. Elles ont toutes deux participé au développement de l'Aïkido dans l’hexagone depuis les années soixante.


...AUX EXPERTES RECONNUES MONDIALEMENT

Si l'on peut déplorer le faible nombre de femmes au plus haut niveau de l’Aïkido français et leur manque de médiatisation, il y a tout de même une poignée d'expertes reconnue mondialement. Voici le portrait de quatre d'entre elles :

 

Yoko OKAMOTO (Shihan 7ème dan). Débute l'Aïkido en 1977 au Hombu Dojo de Tokyo. Elle suit l'enseignement de Christian TISSIER en France de 1979 à 1981 puis retourne a l'Aïkikaï en tant qu'élève de Seigo YAMAGUCHI et de Ichiro SHIBATA. Chef instructeur au Portland Aikikai (USA) de 1991 à 2003. Elle enseigne à Kyoto depuis 2003. Elle est nommée Shihan en 2015. En janvier 2019, OKAMOTO Sensei est promue 7ème dan, par le Doshu Moriteru UESHIBA. Très appréciée pour sa pédagogie et sa technique, elle dirige actuellement des séminaires dans le monde entier.

 

Patricia HENDRICKS (Shihan 7ème dan). Débute l'Aïkido en 1974 au College de Monterey en Californie sous la direction de Mary HEINY, alors de retour du Japon avec le grade de 3ème dan. Patricia étudie ensuite avec Stanley PRANIN jusqu'en 1976. Elle déménage à Oakland et poursuit sa formation avec Bruce KLICKSTEIN et Bill WITT. En 1978, elle décide de partir au Japon pour devenir uchideshi sous la direction de Morihiro SAITO. Après plusieurs années de pratique intensive à Iwama, elle devient la première à recevoir le "menkyo kaiden", titre certifiant la maîtrise du système d'armes fondé par Maître SAITO. Elle fonde le dojo d'Aïkido de San Leandro en 1984, qu'elle dirige toujours actuellement. En 1994, Patricia a l'honneur d'être la partenaire de Maître SAITO lors de sa démonstration aux armes lors du All Japan Demonstration. HENDRICKS Sensei est nommée 7ème dan en 2014.

 

Mariko TAKAMIZO (Shihan 7ème dan). Débute l'Aïkido à l'université de Hosei à Tokyo sous la direction de Sadateru ARIKAWA. Souhaitant continuer la pratique après ses études, elle prend des fonctions administratives à l'Aïkikaï Hombu Dojo. En parallèle de son travail, elle continue sa formation martiale auprès du Doshu Kisshomaru UESHIBA, de Kisaburo OSAWA et de Seigo YAMAGUCHI. Devenue instructrice au Hombu Dojo, elle est invitée par Maître TAMURA pour diriger des stages en France à plusieurs reprises. TAKAMIZO Sensei est promue 7ème dan en 2011.

 

Micheline VAILLANT-TISSIER (Shihan 6ème dan). Débute l'Aïkido à 15 ans, à l'Aikikai Hombu Dojo de Tokyo. Au départ, elle pratique surtout avec Maître MASUDA et Maître ICHIHASHI. Pour son premier cours, elle a pour partenaire et guide Christian TISSIER, alors sempaï de tous les étrangers. Par la suite, elle suit les cours de YAMAGUCHI Sensei et du Doshu Kisshomaru UESHIBA. En 2007, Micheline TISSIER se voit décerner le grade de 6ème dan Aikikai par le Doshu Moriteru UESHIBA. Elle est l'une des rares femmes à occuper un poste technique dans une fédération d'Aïkido. En septembre 2012, elle participe au XIème Congrès de la Fédération Internationale d'Aïkido à Tokyo. TISSIER Sensei dirige un cours international et y fait une démonstration. En novembre 2017, elle reçoit le titre de Shihan des mains de la Ministre des Sports Laura Flessel.

 

A LA DÉCOUVERTE DES ENSEIGNANTES DU MONDE ENTIER

A l'instar d'O Sensei, ses disciples ont formé de nombreux pratiquants à travers le monde. Ces maîtres historiques ont légué leurs techniques sans distinction aux femmes comme aux hommes. Leur héritage perdure aujourd'hui à travers de nombreuses enseignantes de talent que je vous invite à découvrir par continent, liste non exhaustive bien évidemment :

Amérique : Linda LEE VECCHIO (Shihan 7ème dan), Jane OZEKI (7ème dan), Bernice TOM (7ème dan), Stéphanie YAP (7ème dan), Gloria NOMURA (Shihan 6ème dan), Penny STRAKE BERNATH (6ème dan), Barbara BRITTON (Shihan 6ème dan), Coryl CRANE (Shihan 6ème dan), Yukiko KATAGIRI (Shihan 6ème dan), Linda HOLIDAY (6ème dan), Geraldine TREMBLAY (Shihan 6ème dan), Laura JACOBS PAVLICK (Shihan 6ème dan), Claire KELLER (6ème dan), Ruth PEYSER (6ème dan), Christine WONG (6ème dan), Elizabeth ALBIN (6ème dan), Susan MONROE (6ème dan), Naomi WENTWORTH (6ème dan), Tina SHEPARD (6ème dan), Debra CRAMPTON (6ème dan), Sharon SILBERSTEIN (6ème dan), Karen MENO (6ème dan), Cathy CONLIN (6ème dan), Annette SCHEDIWY MACKREL (6ème dan), Claire WIDEN (6ème dan), Deborah MAIZELS (6ème dan), Chikako BRYNER (5ème dan), Michelle BENZAMIN MIKI (6ème dan), Katherine HEINS (5ème dan), Laura COPELLO (6ème dan)...

Europe : Ute VAN MEERENDONK (7ème dan), Suzanne GELLER (5ème dan), Doris DOHSE (6ème dan), Doris THOMASSEN (6ème dan), Doris KIUNTKE (6ème dan), Miyuki KUMAZAWA (6ème dan), Satomi ISHIKAWA (5ème dan), Trudeke STERRINGA (5ème dan),  Caroline BIED-CHARRETON (5ème dan), Patricia GUERRI (7ème dan), Corinne MASSON (Shihan 6ème dan), Josette NICKELS (6ème dan), Catherine DAVID (6ème dan), Marie-Christine VERNE (5ème dan), Béatrice BARRERE (5ème dan), Nathalie GERIN-ROZE (5ème dan), Hélène DOUE (5ème dan), Fabienne GREUILLET, Fabienne HERBILLON, Michèle LASSERRE, Lucienne BERENGER...

Japon : Miyako FUJITANI, Emiko INOUE (6ème dan), Hiromi MATSUOKA (4ème dan)...

 

joomla template gratuitjoomla free templates
2019  Aikido Club de Montarnaud  globbers joomla template