Hajime IWATA, l’un des plus anciens instructeurs de l’Aïkikaï

Par Nicolas DE ARAUJO

 

 

 

Cette biographie est parue dans le magazine Self & Dragon Spécial Aïkido n°1 d'Avril 2020.

 

Elève interne au Kobukan dojo dès son ouverture, au début des années trente, Hajime Iwata fut l’un des tous premiers disciples de maître Ueshiba. Iwata sensei enseigna l’art du fondateur en Chine pendant la seconde guerre mondiale. Shihan neuvième dan, il fut Président de la Fédération Japonaise d’Aïkido et du Conseil supérieur de la Fédération Internationale d’Aïkido. Enseignant très actif, il resta pendant de nombreuses années le plus ancien instructeur de la fondation Aïkikaï.

 

Également appelé Ikkusaï, Kasuya ou Kinya.

Hajime Iwata (岩田一空斎) est né, en 1909, dans la préfecture d’Aichi, situé dans la région du Chūbu.

Attiré par la lutte dès sa jeunesse, Hajime participe à des compétitions de Sumo pendant ses années d’études au lycée.

 

Une éducation stricte

A la fin des années vingt, le jeune Iwata vit à Tokyo dans une résidence étudiante appelée Shuyodan Gakusei Kojosha.

Cette école privée, fondée et dirigée par le célèbre Docteur Kenzo Futaki, a pour but le développement de l’esprit et de la volonté. Des étudiants de différentes universités de la capitale y résident ensemble à l’année.

Les conditions de vie et la discipline sont strictes, chaque étudiant doit participer aux tâches quotidiennes et il est interdit d’utiliser un brasero pendant l’hiver.

 

La rencontre avec maître Ueshiba

Dans son dortoir, Hajime fait la connaissance de Montaro Mori, un étudiant de l’université impériale de Tokyo. En hiver, pour se réchauffer, les garçons ont l’habitude de faire des exercices physiques en pratiquant notamment le Sumo. Mori projette facilement Hajime ainsi qu’un autre ami étudiant pourtant quatrième dan de Judo. Surpris par ce résultat et les techniques employées par le jeune Mori, Iwata lui demande quel art il utilise. Ce dernier lui répond qu’il étudie l’Aïki-Jujutsu. Intrigué et suspicieux, Hajime demande à son ami de l’emmener dans son dojo.

Ce dernier s’exécute et le conduit dans une maison située à côté de la gare de Meijiro, à seulement quelques pâtés de maison du dortoir.

Les deux jeunes hommes sont accueillis par Hisao Kamada, un jeune pratiquant. Hajime s’intègre aussitôt au groupe et participe à l’entraînement… avant de se faire fortement réprimander par maître Ueshiba dès son entrée dans le dojo. Ce dernier lui reproche de pratiquer sans demander la permission et le qualifie d’insolent ! Le maître lui demande de revenir avec une lettre de recommandation s’il souhaite intégrer le groupe. Celle-ci, lui est délivrée par le docteur Futaki en personne, lui-même disciple de maître Ueshiba depuis plusieurs années.

Après s’être acquitté des droits d’inscription, le jeune Iwata est admis au dojo privé de Meijiro en novembre 1930. Cette maison est en fait la résidence temporaire de maître Ueshiba, avant l’ouverture d’un véritable dojo dans le quartier de Wakamatsu-Cho Ushigome.

 

Le Kobukan dojo

Le déménagement progressif de la famille Ueshiba et de ses élèves internes, Noriaki Inoue et Hisao Kamada, à Ushigome, s’effectue de décembre 1930 au printemps 1931.

Grâce aux efforts de l’Amiral Takeshita et de différents mécènes, l’ouverture d’un authentique dojo, dans le quartier commercial de Tokyo, permet enfin d’accueillir un nombre d’élèves plus importants, en lien avec la réputation grandissante d’Ueshiba sensei.

Ce nouveau bâtiment en bois, de cent vingt mètres carrés environ, est nommé Kobukan, « le dojo du guerrier impérial ». La surface d’entrainement est composée de quatre-vingt tatamis. L’édifice abrite également le logement de la famille Ueshiba et les quartiers réservés aux uchi deshis.

L’inauguration officielle se déroule en avril 1931, en présence notamment de l'amiral Seikyo Asano, de l'amiral Isamu Takeshita, du général Makoto Miura, du docteur Kenzo Futaki, de la famille Ueshiba et des premiers uchi deshi du Kobukan : Noriaki Inoue, Hisao Kamada, Hajime Iwata et Minoru Mochizuki.

 

Une vie d’uchi deshi

Les nouveaux quartiers permettent d’accueillir une vingtaine d’élèves internes. Si, au début, Hajime partage sa chambre avec Hisao Kamada, les deux jeunes garçons sont rapidement rejoints par Minoru Mochizuki puis Kaoru Funahashi, Tsutomu Yukawa, Gozo Shioda, Shigemi Yonekawa et Rinjiro Shirata.

Hajime suit, en parallèle de sa pratique martiale, des études de droit à l’université de Waseda. Le rythme de vie est intense, en parallèle des corvées ménagères, les uchi deshi s’entraînent quatre fois par jour. La plupart de ces jeunes hommes sont également des pratiquants avancés d’autres arts martiaux, la pratique est stricte et sévère. Le dojo gagne rapidement le surnom de « dojo de l’enfer ».

O Sensei poursuit le processus d’élaboration de son art. Le nombre d’élèves devenu plus important, oblige ces derniers à dormir à même les tatamis dans le dojo. Il n’est pas rare qu’Hajime et ses condisciples soient réveillés au milieu de la nuit par le maître pour l’attaquer dans n’importe quelles directions.

Iwata accompagne régulièrement Ueshiba sensei, en tant qu’otomo, dans ses déplacements à des fins d’enseignement, notamment à l’école militaire Rikugun Toyama Gakko.

 

Etude du Yagyū Shinkage-ryū

Au cours de ses années à Tokyo, Hajime Iwata étudie le Yagyū Shinkage-ryū avec le vingtième soke de l’école Kinji Toshinaga. Ce dernier, soucieux de conserver durablement l’art, vit dans la capitale pour le diffuser davantage.

Il dirige des séminaires au sein de la Dai Nippon Butoku Kai et officie notamment comme instructeur des gardes impériaux du premier ministre Fumimaro Konoe. Cet homme d’affaire devenu politicien est élève et mécène de maître Ueshiba, il est également membre du conseil d'administration de la fondation Kobukaï.

 

Instructeur en Chine

Après l’obtention de son diplôme de l’université de Waseda, Hajime travaille pendant plusieurs années pour la compagnie du Gaz de Tokyo.

En 1939, il part s’installer en Chine, à Shanghai, où il crée une publication intitulée « Tout Shanghai ».

En parallèle de ses activités, Iwata sensei ouvre un dojo, affilié au Kobukaï, en 1940. Les difficultés sont nombreuses et Hajime doit souvent faire face aux défis de combattants des arts martiaux chinois.

A l’instar de maître Ueshiba, il intègre le système kyu / dan dans le fonctionnement de son dojo et enseigne avec le grade de sixième dan.

Iwata sensei, utilise également ses compétences en Yagyū Shinkage-ryū pour enseigner le Kenjutsu à l’armée Japonaise stationnée à Shanghai.

Par la suite, Hajime est rejoint par son ancien partenaire du Kobukan, Hisao Kamada, pour l’aider comme instructeur assistant. Les deux hommes enseignent ensemble, dans la mégapole chinoise, jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale et la capitulation du Japon en septembre 1945.

 

Diffusion de l’Aïkido dans la région de Nagoya

Hajime Iwata est rapatrié au Japon en 1946.

Il est l’un des rares instructeurs actifs d’avant-guerre à reprendre l’enseignement et joue un rôle significatif dans le développement de l’Aïkido dans la région de Nagoya.

En 1957, il fonde un dojo, affilié à l’Aïkikaï, à Ichinomiya, située dans sa préfecture natale d’Aichi.

Iwata Sensei est promu huitième dan à l’occasion de Kagami Biraki en janvier 1962. Il accède à ce grade en compagnie de ses anciens partenaires de l’époque du Kobukan, Rinjiro Shirata et Shigemi Yonekawa.

Occupant la fonction de Président et de Shihan du Ichinomiya Aïkikaï, Hajime Iwata supervise au cours des années soixante, la création de plusieurs sections d’Aïkido dans les universités Chūbu, Meijo, Chukyo ainsi qu’à l’université des femmes de Nagoya et à l’école secondaire Otani de Nagoya.

Iwata Sensei enseigne également, une fois par mois, au dojo Aïkikaï de la ville de Yokkaichi où il assure la succession d’Hirokazu Kobayashi et de ses disciples avancés.

 

Personnalité majeure de l’Aïkikaï

Shihan promu neuvième dan au début des années soixante-dix, Iwata sensei occupe d’importantes fonctions comme la Présidence de la Fédération Japonaise d’Aïkido pendant plusieurs années.

Il fait partie de la délégation Japonaise lors du troisième congrès mondial de la Fédération Internationale d’Aïkido (F.I.A.) qui se déroule à Paris du 30 septembre au 4 octobre 1980. Malheureusement un problème de santé l’empêche d’effectuer une démonstration à cette occasion.

Maître Iwata succède à Rinjiro Shirata au poste de Président du conseil supérieur de la F.I.A., lors du quatrième congrès mondial qui se déroule à Tokyo, en aout 1984.

En juin 1985, Iwata sensei est sollicité par Stanley Pranin, rédacteur en chef du magazine Aiki News, pour une interview. Leur entretien sera également publié, en 1993, dans le recueil d’interviews menées par l’historien américain intitulé "les maîtres de l’Aïkido, période d’avant-guerre".

 

Dernières années

Iwata sensei est pendant de longues années, le plus ancien instructeur de l’Aïkikaï. En novembre 1991, aux côtés du Doshu Kisshomaru Ueshiba et de Rinjiro Shirata, il participe aux célébrations du soixantième anniversaire du Kobukan Dojo.

Sa contribution au développement des arts martiaux est récompensée par la remise de la médaille du Nihon Budo Kyogikaï.

Hajime Iwata s’éteint le 1er janvier 2003, à l'âge de 94 ans.

Iwata Sensei fut le professeur de plusieurs haut gradés d’aïkido dont Kiyomizu UMEDA (7ème dan), Ichiro HISAGADA (Shihan 7ème dan), Shohei WATANABE (7ème dan), Satoshi HIBINO (Shihan 7ème dan), Satoshi KIMURA (6ème dan) ou encore Takeda YOSHIKI (6ème dan)... 

 

Liens

Biographies : Lien 1 (Ang)Lien 2 (Rus)Lien 2 (Jap)  

Interview : Lien 1 (Rou)

Articles : Lien 1 (Jap) - Lien 2 (Fra) - Lien 3 (Ang) - Lien 4 (Ang) - Lien 5 (Jap) - Lien 6 (Jap)

 

joomla template gratuitjoomla free templates
2020  Aikido Club de Montarnaud  globbers joomla template