Minoru MOCHIZUKI

(1907 - 2003)

10ème Dan d’Aïkido

9ème Dan de Jujitsu

8ème Dan de Judo

8ème Dan de Iaïdo

8ème Dan de Katori Shinto Ryu

5ème Dan de Karaté

5ème Dan de Kendo

Fondateur du Yoseikan Budo

Ecrit par Nicolas DE ARAUJO

 

   

Minoru MOCHIZUKI est né le 7 Avril 1907 à Shizuoka. Son grand père était le dernier descendant d'une lignée de samouraï et enseignait l'art du sabre. Son père, en revanche, était un paysan qui fut d'abord l'élève du grand père avant de devenir son gendre et de prendre son nom. En 1912, la famille vient s'établir à Tokyo, ses parents l’inscrivent dans le dojo de Maître TAKEBE. Ou Minoru commence l'étude du Judo dès l'âge de 5 ans.

A 17 ans, il s'inscrit au Kendokan, le dojo du Maître de Judo Sanpo TOKU. Puis en 1926, il s'inscrit au Kodokan, le Centre Mondial du Judo de Maître Jigoro KANO. Peu de temps après il est reçu au 1er dan en juin, à l’age de 19 ans ! Devenu un compétiteur hors-pair, il est reçu au 2ème dan de Judo en janvier 1927. Il participe au Kangeiko (entraînement d’hiver qui dure trente jours et se déroule dans des conditions très dures) et au Shyochugeiko (entraînement d’été de même durée et de même intensité). Puis il est invité chez Maître Kyuzo MIFUNE en qualité d’assistant.

En 1928, MOCHIZUKI participe au Kangeiko et Shyochugeiko sans une seule journée d’absence et reçoit le 3ème dan de Judo deux ans seulement après ses débuts au Kodokan ! Cette année là, Minoru débute la pratique du Katori Shinto Ryu dans le cadre du Kobudo Kenkyukai (organisation pour l'étude, la présentation et le développement des arts martiaux classiques) créé par Maître KANO afin que les jeunes judokas n'oublient pas les arts martiaux ancestraux ! Minoru en devient le plus jeune membre et se passionne pour cet art, à tel point qu'on lui propose d'épouser la fille du soke de l'école, IIZASA Morisada mort sans laisser d'héritier mâle, et de devenir ainsi son successeur. Comme cette situation le conduit à s'établir à Narita et donc a quitter Maître KANO, il refuse cette proposition. En parallèle de ses nombreuses activités, Minoru pratique également l'Iaïdo et le Kendo avec Maître Hakudo NAKAYAMA.

L’année suivante, MOCHIZUKI participe au Kangeiko et Shyochugeiko sans une seule journée d’absence et à l’honneur de voir sa candidature acceptée pour sa participation à un stage sous la direction de Maître KANO. Il passe avec succès l’épreuve de Katame no kata et fait une démonstration en tant qu’assistant du Maître devant de nombreux ambassadeurs étrangers.

En 1930, il participe au Kangeiko sans une seule journée d’absence puis il est invité à diriger en juillet/août un stage de Judo au lycée de Chiba. Il est choisi par Jigoro KANO pour aller étudier l'Aïkijujutsu avec Maître Morihei UESHIBA, et le Shindo muso ryu ju jutsu auprès de maître Koji SHIMIZU. Il devint uchideshi au Kobukan Dojo pendant une année et devient rapidement le superviseur des uchideshi et assistant de maître UESHIBA. Très apprécié par le maître, ce dernier lui propose alors d’épouser sa fille et de devenir son successeur et son fils adoptif ! Il décline la proposition et tombe malade peu de temps après. Il souffre d’une pleurésie et d’une tuberculose pulmonaire, il rentre à Shizuoka et reste à l’hôpital pendant 4 mois. Il sort en novembre 1931 et ouvre sa propre salle qu’il nomme YOSEIKAN DOJO. Pour l'inauguration, Maître UESHIBA, L’Amiral TAKESHITA, et le Général MIURA ainsi que de nombreux dignitaires sont présents. C'est à partir de ce moment qu'il commence à développer son propre style d'Aikido au sein du YOSEIKAN (maison de l'enseignement de la droiture), en parallèle il enseigne à la police militaire et nationale. Durant l’année 1932, Morihei UESHIBA lui donne deux manuscrits de transmission de sa méthode : le "Goshinyo no te" et le "Hiden ogi no koto" soit les plus hautes distinctions, sous la forme de deux rouleaux de papier.

Par la suite, Minoru participe aux championnats régionaux de Judo en 1933 et reçoit le 5ème dan de Judo en 1935.

En 1938, lors de la guerre sino-japonaise, MOCHIZUKI Sensei s’installe avec sa famille en Mongolie où il est nommé directeur de lycée pour les Mongols de la ville de Paou-To en qualité de coopérant. Puis il est nommé sous préfet du département chinois de Sei su ga par le gouvernement mongol. Il y est actif en tant qu'éducateur et enseigne le Judo, le Kendo et l'Aiki Jutsu. C'est à cette époque qu'il rencontre un autre japonais originaire des Ryu kyu (archipel au sud d'Okinawa), qui l'initia au Karaté. Pour les pratiquants d'aikibudo, il est intéressant de savoir que de cette rencontre naquit le kata Happoken, qui enseigne les 8 formes fondamentales des techniques de poing. Évidemment durant cette période il eut l'occasion de confronter ses techniques avec les arts martiaux chinois à de nombreuses reprises. Il entreprit également des travaux destinés à améliorer les communications et l'irrigation. Son idée de combattre le communisme par l'application des principes "d'entraide et prospérité mutuelle" et de "la meilleure utilisation de l'énergie" de Jigoro KANO contribue au développement de sa région.

Après huit années passée en Mongolie, il retourne au Japon en 1947 pour reconstruire son dojo à Shizuoka. A son retour on lui décerne le 6ème dan de Judo. Après la seconde guerre mondiale, Maître UESHIBA n'utilise plus le terme d'Aikibudo pour désigner son art mais celui d'Aikido. Minoru nomme donc son art Aikido Jujutsu.

En 1951, MOCHIZUKI Sensei fait partie de la délégation culturelle du Japon pour la réunion de l'UNESCO à Genève, comme expert délégué par le Kodokan pour démontrer le Judo en France, en Suisse et en Tunisie. C’est au cours de la première édition du Championnat d'Europe de Judo à Paris, qu’il effectue la première démonstration d’Aïkido Jiu-jitsu à l’Ouest devant plus de 10 000 spectateurs, art qui subjugua un bon nombre de pratiquants de judo…Il en profita pour démontrer également le Iaïdo, le Kendo et le Karaté avec les Maîtres Mikonosuke KAWAISHI et Shozo AWAZU.

Maître MOCHIZUKI est le pionnier de l’Aïkido en France et en Europe. Suite à son départ en 1952, Maître Tadashi ABE, lui succède en tant que délégué en Europe pour l'Aïkikaï Hombu Dojo.

Aidé par son élève français Jim ALCHEIK, MOCHIZUKI Sensei est l'auteur du premier livre sur l’Aïkido en langue française "Ma méthode d'Aikido Jiu-Jitsu" publié en 1956.

Durant les années qui suivent, il reçoit le 5ème dan de Kendo et le 5ème dan de Jodo en 1956 ainsi que le 7ème dan de Judo en 1959. Il reçoit la médaille d’argent de la ville de Paris décernée par le bureau du conseil municipal en 1960. En 1963, il envoie son fils Hiroo MOCHIZUKI en Europe pour y développer son enseignement. Il surveille et dirige le développement du YOSEIKAN RYU depuis sa maison de Shizuoka où son dojo est fréquemment visité par des spécialistes d’arts martiaux du monde entier. Il reçoit régulièrement ses principaux disciples Français et anime des stages à plusieurs reprises en France dans les années 70.

En 1976, il reçoit le titre d’enseignant pour haut gradés Judokas et en 1977 le "Kokusai budo in" lui octroi le grade de 8ème dan de Judo Hanshi et le titre de conseiller technique national. Puis il est nommé 9ème dan Hanshi de Jujitsu par le "Kokusai budo in" en 1978, année ou il publie son livre intitulé "Nihonden Jujutsu".

L’année suivante, la Fédération Internationale de Budo (IMAF) valide la promotion de Maître MOCHIZUKI au grade de 10ème dan d’Aïkido. Ce dernier reçoit cette promotion des mains d’un membre de la famille impériale.

MOCHIZUKI Sensei continue de voyager a travers le monde en Australie, Taïwan, Canada, Vietnam… et revient plusieurs fois en France.

En 1985, il assiste au 10ème anniversaire de la création de son fils : le YOSEIKAN BUDO, à cette occasion il dirige un stage d’Aïkijujitsu. L’année suivante, il participe à une démonstration de Iaïdo lors du 2ème tournoi international de YOSEIKAN BUDO à Aix en Provence. Puis en 1987, Maître MOCHIZUKI assiste au premier championnat d’Europe de YOSEIKAN BUDO en novembre, à Méru dans l'Oise.

En 2000, MOCHIZUKI Sensei transmet officiellement la direction de son dojo à son fils Hiroo. Dans les dernières années de sa vie, il s’installe en France pour y vivre avec son fils et ses petits enfants.

Minoru MOCHIZUKI s’éteint le 30 Mai 2003, près d'Aix en Provence, à l’age de 96 ans.

 

Minoru MOCHIZUKI était probablement le maître d'arts martiaux le plus gradé au monde et fut l’élève de grands maîtres Japonais tels que Jigoro KANO, Morihei UESHIBA et Kyuzo MIFUNE. Il est le créateur d'un système composite incluant des éléments de Judo, d'Aïkido, de Karaté et de Kobudo : le YOSEIKAN BUDO. Persuadé que les arts martiaux sont dénaturés par leur séparation en différentes disciplines et leur transformation en sport, il assembla les principales techniques de la tradition martiale japonaise en une structure unique. Pionnier de l’Aïkido en Europe, il contribua grandement au développement des arts martiaux…Maître MOCHIZUKI à été le professeur de plusieurs hauts gradés parmi lesquels son fils Hiroo MOCHIZUKI (8ème dan Aïkido Yoseikan), Jim ALCHEIK (4ème dan Aïkido Jujutsu), Claude FALOURD (7ème dan Aïkido Jujutsu), Shoji SUGIYAMA (8ème dan Aïkido Yoseikan), Tetsuji MURAKAMI, Raymond COCATRE, Jean AZEMA, N'Guyen VAN NAM, Patrick AUGE (8ème dan Aïkido Yoseikan), Alain FLOQUET (9ème dan Aïkibudo) ou encore Mitsuhiro KONDO (9ème dan Judo).


 

LIENS

Biographies : Lien 1 (Fra) - Lien 2 (Fra)Lien 3 (Fra) - Lien 4 (Fra)  

Interviews : Lien 1 (Fra)Lien 2 (Fra) - Lien 3 (Ang) - Lien 4 (Ang)

Articles : Lien 1 (Fra) - Lien 2 (Fra)Lien 3 (Fra) - Lien 4 (Fra)Lien 5 (Fra)

Galerie vidéos

 

 

joomla template gratuitjoomla free templates
2018  Aikido Club de Montarnaud  globbers joomla template