Mutsuro NAKAZONO

(1918-1994)

7ème Dan d'Aïkido

6ème dan de Judo

 

Ecrit par Nicolas DE ARAUJO

 

 

 

Également appelé Masahiro, Masahilo, Mitsuro, Mikoto, Mutsuharu, Matsutaro.

Mutsuro NAKAZONO est né le 20 décembre 1918 dans la préfecture de Kagoshima, sur l’île de Kyushu.

Il est originaire d’une famille d’adeptes en médecine traditionnelle depuis plusieurs générations. Ses premières expériences en terme de guérison lui viennent de sa mère, sage-femme reconnue pour sa capacité à retourner les bébés se présentant par le siège et à leurs donner naissance en utilisant des méthodes naturelles (nourriture, herbes, cataplasmes et massage). 

Petit-fils d'un champion régional de Sumo, Mutsuro pratique les arts martiaux dès son enfance. Il débute le Kendo à l'âge de six ans. Puis le Judo à douze ans et le Karaté à dix-neuf ans. 

A l'âge de 15 ans, il obtint sa ceinture noire en judo et une année plus tard, débute un apprentissage dans l'étude et la pratique de l'acupuncture avec le docteur Juzo MOTOYAMA à Nagasaki.

En 1938, alors âgé de 20 ans, Mutsuro reçoit une licence de "remetteur / replaceur" d'os, une spécialité ostéopathique dans la réparation et la manipulation structurelle du corps. La même année, il est nommé 4ème dan de Judo. 

En 1942, il est promu 3ème dan de Kendo Butoku kai par K.OGAWA Shihan. C'est à cette période que le jeune NAKAZONO rencontre Gozo SHIODA, élève de Maître UESHIBA. Pratiquant différents arts martiaux, il est très impressionné par la technique de SHIODA Sensei.

Au cours de la seconde guerre mondiale, Mutsuro est mobilisé dans la jungle indonésienne. Libéré de son service, affaibli par la malaria, il rentre au Japon.

Il reprend la pratique du Judo puis est nommé 5ème Dan Kodokan en 1948.

Il profite de la ré-ouverture de l'Aïkikaï Hombu Dojo en 1952 pour débuter la pratique de l'Aïkido. Il noue de solides liens d'amitié avec Shoji NISHIO qui débute la pratique à la même période.

Parmi les disciples du Hombu Dojo peu s’intéressent alors au principe de Kotodama cher à Maître UESHIBA, Mutsuro NAKAZONO faisant exception. Cette pratique spirituelle shinto qui associe les sons, les noms et les esprits l'attire particulièrement.

Au début des années 50, Mutsuro fait la connaissance de Nyoichi SAKURAZAWA, plus connu sous le nom de Georges OHSAWA, le fondateur de la macrobiotique. Il devient l'un de ses disciples et l'accompagne en 1955 à Madras, en Inde, où il dirige le département de médecine orientale dans un dispensaire pour lépreux. Là-bas, il soigne les maladies physiques et mentales en adaptant le système d'OHSAWA aux populations locales. Il enseigne également l’Aïkido. Il partage cette aventure, de deux années, avec le frère ainé de Seigo YAMAGUCHI.

Suite à un désaccord avec OHSAWA, Mutsuro NAKAZONO retourne au Japon. Il poursuit son étude de la médecine traditionnelle auprès de Yusai SAKAI, un maître de Shugendo (tradition spirituelle japonaise basée sur l'ascétisme). Ce dernier lui enseigne sa propre méthode de guérison par les mains (méthode te a te). 

Promu 6ème dan d'Aïkido en 1956, il entreprend son premier voyage en France en 1957. Judoka de haut niveau, il accompagne Tadashi ABE dans les clubs de Judo pour y démontrer la pratique de l'Aïkido.

En 1958, NAKAZONO Senseï quitte le Japon pour vivre à Singapour. Il part ensuite vivre dans le Sud-Viêt Nam, alors en plein conflit militaire. Maître NAKAZONO devient instructeur de combat pour la police et les troupes parachutistes de l'armée sud-vietnamienne à qui il enseigne le judo et l'aïkido.

En fin d'année 1961, il est désigné pour succéder à Tadashi ABE, pionnier de l’aïkido en Europe résidant en France. Nommé délégué officiel de l'Aïkikaï Hombu Dojo pour l’Europe et l’Afrique du Nord, Maître NAKAZANO débarque à Marseille.

A son arrivée, il est accueilli par Pierre CHASSANG, Gérard GRAS et M.ROSSIGNOL. Refusant l'autorité d'André NOCQUET, ces leaders d'un groupe d'aikidokas français avait demandé précédemment l'envoi d'un expert japonais, à l'Aïkikai Hombu Dojo, dans le but de poursuivre la pratique sous sa seule autorité "légitime". Naturellement, NAKAZONO Senseï succède à Tadashi ABE au Judo Club de Provence ainsi qu’à la Légion Étrangère.

L'Aïkido français et Européen sont en phase de structuration. Les statuts de l'Association Culturelle Européenne d'Aïkido (A.C.E.A) sont déposés, par le groupe de NAKAZONO Sensei (Messieurs ROSSIGNOL et CHASSANG et Madame DAEMS),  le 17 aout 1962 à Nice. L'Aïkikaï désigne cette structure comme centre européen de l'Aïkido et maître NAKAZONO comme expert référent, le 5 octobre de la même année. Enfin, l'Association Culturelle Française d'Aïkido (A.C.F.A.) est créée par le même groupe de pratiquants, en novembre 1963. A travers ces nouvelles associations, Maître NAKAZONO anime régulièrement des stages communs avec Masamichi NORO, délégué du hombu Dojo arrivé peu de temps avant lui en septembre 1961.

NAKAZONO Senseï se lie d’amitié avec les maîtres de Judo Kenshiro ABBE (8ème dan) et Haku MICHIGAMI (9ème dan) basés en Angleterre. Il se rend au Royaume-Uni pour la première fois en 1963 sur l'invitation de ABBE Sensei. Musturo effectue de nombreuses visites et contribue activement au développement de l’Aïkido britannique en apportant une approche "plus moderne" de l'art par rapport à celle étudiée par ABBE Sensei. Il participe à la démonstration d'arts martiaux, au Royal Albert Hall de Londres, lors des championnats nationaux du British Judo Council en 1963. Il est également présent, aux cotés de Maître ABBE, lors du premier passage de grade dan d'Aïkido britannique. NAKAZONO est promu 6ème Dan de Judo par ABBE Sensei pendant cette période.

L'Aïkido français et européen est alors en pleine expansion, Mutsuro NAKAZANO et Masamichi NORO sont rejoint par Nobuyoshi TAMURA en 1964. Sous l'égide de l’A.C.F.A. et l'A.C.E.A Nobuyoshi TAMURA et Mutsuro NAKAZANO dirigent de nombreux stages à travers l’hexagone et l'Europe.

Annecy, la capitale de la haute Savoie, accueille son premier stage international d'été en 1964. Sous la direction des maîtres japonais de l'Aïkikaï, différents experts (iaïdo, macrobiotique, zen) se succèdent pour compléter la pratique de l'Aïkido. Expert en médecine orientale, Maître NAKAZONO dirige également la pratique du Shiatsu.     

En 1965, NAKAZONO Sensei est invité pour la première fois en Suède, par son élève Jan BEIME, fondateur de l'Aïkikai de Stockholm.

Deux ans après son arrivée en France, Mutsuro et sa famille partent vivre à Paris.

Dans la capitale, Maître NAKAZONO distille son art dans différents dojos, tout d'abord au club Tao (gare de lyon) puis au club République.

Parallèlement à l'enseignement de l'Aïkido, il fait découvrir à ses principaux élèves les bienfaits des massages, de la diététique et du principe de kototama. Influencé par la philosophie et la spiritualité de Maître UESHIBA, il instaure des exercices de méditation avant la pratique et refuse toutes codifications de l'art, notamment les nomenclatures élaborées précédemment par Tadashi ABE.

Malgré toutes ses compétences, Maître NAKAZONO n'arrive pas à fédérer les professeurs français autour de son enseignement. Il délaisse petit à petit l’Aïkido au profit de Maître TAMURA et concentre son étude sur le principe de Kototama.

En 1966, la British Aikido Association (BAA) est créée sur recommandation de NAKAZONO Sensei.

En 1967, Mutsuro fonde l'institut Kan Nagara, rue Raymond Losserand dans le 14ème arrondissement, avec pour objectif d’enseigner l'Aïkido et la médecine orientale.

Après le décès de Maître UESHIBA, en avril 1969, NAKAZONO Sensei débute une correspondance avec Koji OGASAWARA. Ce dernier, maître du Kotodama Futomani et ami proche d'O Sensei, lui transmet une vision plus accessible et compréhensible du principe de Kotodama.

La même année, il effectue un premier voyage de six mois aux USA, en compagnie de son épouse Harue.

En 1971, le ministère de la jeunesse et des sports souhaite que l'ensemble des pratiquants d'aïkido intègre la "section aïkido" la Fédération Française de Judo. Maître NAKAZONO refuse de rejoindre la F.F.J.D.A. car il considère l'Aïkido comme un art et non un sport.

Précurseur en médecine alternative dont la renommé prend de l'ampleur, Mutsuro NAKAZONO rencontre des difficultés "administratives" avec l’Ordre des médecins français. 7ème dan d'Aïkido à cette époque, NAKAZONO Sensei refuse la promotion au grade de 8ème dan, renvoi ses diplômes au Doshu puis s'éloigne des institutions. Après dix années passées en France, il part s'installer à Santa Fe dans l'état du Nouveau-Mexique, aux Etats-Unis, en 1972. Il laisse le soin de diffuser l'enseignement du Kototama en France à son fidèle disciple Jean-Claude "Akehiko" TAVERNIER.

Profitant d'une législation plus souple qu'en France, il ouvre une clinique médicale et un centre d’enseignement pour y enseigner l'Aïkido et la médecine orientale.

En janvier 1973, les patients de maître NAKAZONO introduisent un acte sur la pratique de l'acupuncture au sénat de l'état du Nouveau Mexique : c’est la première législation de cette discipline dans toute l'Amérique ! 

Ses capacités de guérison lui apportent une telle renommée, qu’il lui est nécessaire de demander à son fils, Katsuharu, également pratiquant d’aïkido et acupuncteur, de venir le rejoindre pour l’assister.  

Entre 1974 et 1985, ils traitent ensemble de nombreux patients venus de tous les continents. La liste d'attente s'allongeant de jour en jour, Mutsuro établit en 1978, un nouveau centre dans la ville de San Diego, le kototama Institute pour y enseigner sa méthode la "kototama life therapy". 

Au sein de son institut, maître NAKAZANO dispense un enseignement formel sur les thérapies manuelles, sur les bases de l'acupuncture traditionnelle, ainsi qu’un programme clinique sur la médecine de vie (Inochi thérapie). La pratique de l'aïkido faisant également partie du programme de formation.

Ses articles parus dans les revues spécialisées en thérapies au Japon font de lui une référence dans ces domaines. Il est également l'auteur de plusieurs ouvrages en anglais et traduit en français : My past way of Budo, Inochi the book of life, Source of the old and new testament, The source of the présent civilization, The real sense of natural therapy.

En 1984, la ville de Santa Fe lui remet la distinction de "trésor vivant" ! Un an plus tard, le sénat de l’état du Nouveau Mexique l'honore en lui remettant une distinction de "réalisation exceptionnelle", pour avoir inspiré la législation sur l'acupuncture, pour avoir crée des écoles et assurer sa transmission au Nouveau Mexique. 

La même année, il est invité par l'Association Française des Ostéopathes et par l'Association Française d'Aïkido, en tant que conférencier. Il revient pratiquement tous les ans en France, de 1972 jusqu'en 1990, pour retrouver ses disciples français.

Au cours de ses dernières années, il continue de pratiquer et d’enseigner le principe de kotodama à travers ses patients et ses disciples dans sa clinique de San Diego en Californie. 

Mutsuro NAKAZONO s’éteint le 8 octobre 1994, à l’âge de 76 ans.

 

Haut gradé dans plusieurs disciplines martiales, expert en Kotodama et en médecine orientale, NAKAZONO Sensei était une personne atypique. Disciple de quatre grands maîtres de la tradition japonaise : Morihei UESHIBA, fondateur de l'Aikido, Georges OSHAWA, l'inventeur de la macrobiotique, SAKAI Sensei, guérisseur par les mains et Koji OGASAWARA, qui lui transmit les enseignements du Kotodama, sa méthode était le fruit des enseignements traditionnels qu'il avait étudié puis développé personnellement.

Délégué officiel de l'Aïkikaï, pionnier de l'Aïkido en Europe, Mutsuro NAKAZONO, résida dans l’hexagone pendant dix années. Son "influence" historique bien que méconnu des pratiquants actuels est importante. Aux côtés des Maîtres K. ABBE, M. NORO, H. TADA, N. TAMURA et K. ASAI, il contribua fortement au développement de l’aïkido européen. Il fut le professeur de nombreux hauts gradés, notamment Pierre CHASSANG (8ème dan), Gérard GRAS, Christian TISSIER (Shihan 8ème dan), Paul MULLER (7ème dan), Stéphane BENEDETTI (6ème dan), Alain GUERRIER (7ème dan), Roberto ARNULFO (7ème dan), Toshiro SUGA (Shihan 7ème dan), René VAN DROOGENBROECK (7ème dan), Renato FILLIPIN (6ème dan), Claude NOBLE, Alain PEYRACHE, Georges ROUSSEAU (8ème dan), Dominique BALTA, Jacques BENHAIM, Kenneth WILLIAMS (7ème dan), Henry ELLIS (shihan 6ème dan), Derek EASTMAN (Shihan 6ème dan), Haydn FOSTER (7ème dan), DANG THONG PHONG (6ème dan), Julien NAESSENS (7ème dan), Jan BEIME ou encore Dennis ABBOTT (6ème dan). 

Il transmis ses connaissances en kotodama et en médecine orientale (acupuncture, shiatsu, do in, misogi...) à quelques élèves occidentaux, parmi lesquels Jean-Claude "Akehiko" TAVERNIER, Pierre MOLINARI, Fabien MAMAN, Michel ODOUL, Philippe RONCE ou encore Christine ANRIOUD. Deux de ses fils poursuivent actuellement son œuvre, notamment dans le domaine des médecines alternatives.

 

LIENS :

Biographies : Lien 1 (Fra) - Lien 2 (Fra) - Lien 3 (Ang)Lien 4 (Fra) - Lien 5 (Ang) - Lien 6 (Fra) - Lien 7 (Ang) - Lien 8 (Fra) - Lien 9 (Fra)   

Articles : Lien 1 (Ang) - Lien 2 (Ang) - Lien 3 (Fra) - Lien 4 (Fra) - Lien 5 (Fra) - Lien 6 (Fra) - Lien 7 (Fra) - Lien 8 (Fra) - Lien 9 (Ang) - Lien 10 (Fra) - Lien 11 (Ang) - Lien 12 (Fra) - Lien 13 (Fra) - Lien 14 (Fra) - Lien 15 (Ang) - Lien 16 (Esp) - Lien 17 (Fra) - Lien 18 (Fra) - Lien 19 (Fra)

Galerie vidéos

 

 

joomla template gratuitjoomla free templates
2018  Aikido Club de Montarnaud  globbers joomla template