Tadashi ABE

(1926 - 1984)

7ème Dan d’Aïkido

 

Ecrit par Nicolas DE ARAUJO

 

 

Tadashi Abe est né en 1926.

Il est originaire d’une famille proche de la cour impériale Japonaise. Son père, élève de Morihei UESHIBA, est un riche homme d’affaires qui possède plusieurs mines en Corée et réserve une partie de ses richesses pour soutenir le Kobukan Dojo.

Naturellement ce dernier incite son fils à étudier avec le Maître. C'est donc à l’âge de 16 ans que Tadashi débute l'Aïkido à Osaka, en août 1942. Plus tard, dans le but de se former directement auprès du fondateur, il devient élève interne (uchi deshi) au dojo d'Iwama.

Durant la seconde guerre mondiale, il est incorporé dans la marine de l’armée impériale. Tadashi est officier dans l’escadron de kamikazes qui pilotent des sous-marins torpilles (kaiten) avec mission de se jeter sur les navires américains ; il ne doit son salut qu’à l’arrêt du conflit !

En 1952, après plusieurs années de pratique auprès du fondateur, il est nommé 6ème Dan d'Aïkido.

Après l'obtention de son diplôme en droit à l’université de Waseda, ABE Sensei est envoyé en Europe, avec pour mission d’implanter l’Aïkido de style Aïkikaï. L'Aïkido ayant déjà été introduit un an plus tôt par Minoru MOCHIZUKI et son style Yoseikan.

Alors âgé de 26 ans, Tadashi ABE part s’installer à Paris et y étudie, en parallèle, le droit à la Sorbonne. Représentant officiel du Hombu Dojo pour l'Europe, il enseigne l’Aïkido dans le dojo de Maître Mikinosuke KAWAISHI (10ème dan), pionnier de Judo en France. Ce dernier l’aide dans sa tâche et lui conseille de codifier les mouvements sous forme de séries pour adapter l'apprentissage de l'Aïkido aux esprits occidentaux.

Maître ABE suit méthodiquement ce conseil et développe une approche “rationnelle” des techniques basée sur l'apprentissage de 5 séries composées de 10 techniques de base, la 5ème série correspondant au niveau de la ceinture noire (shodan).

L’enseignement de Maître ABE est réputé très dur, sa pratique est linéaire, axée sur l'utilisation des atemi. Il aime combattre et tester ses techniques en situation réelle !

Surmontant de nombreuses difficultés, dont la barrière de la langue, il parvient à développer l’Aïkido en France. Durant cette période, il effectue également de nombreux voyages en Europe ainsi qu'au Royaume-Uni pour aider son ami Kenshiro ABBE dans le développement de l’aïkido britannique.

Contacté par Julien NAESSENS et Jean STAS, ABE Sensei dirige le premier cours d’aïkido en Belgique, à Bruxelles, le 28 novembre 1953. Il préside également le premier examen de ceinture noire le 10 juillet 1955.

En 1955, il recommande son élève, André NOCQUET, auprès de Maître UESHIBA. Ce dernier l'accepte et le forme comme élève interne (uchi deshi) durant deux années.

Du 28 Septembre au 4 Octobre 1959, les maîtres Tadashi ABE et Kenshiro ABBE dirigent un séminaire à San Remo. Ce "stage fondateur" développe l’intérêt des pratiquants italiens pour la pratique de l'Aïkido.

ABE Sensei est apprécié des pratiquants européens, souvent issus du judo voir du karaté. En quelques années, plusieurs milliers "se convertissent" à la pratique de l’aïkido, présenté à cette époque, comme le ju-jutsu supérieur !

ABE Sensei diffuse également l'Aïkido en Algérie, effectuant même une démonstration à Alger, en présence du Général SALAN en 1959.

Développant ses activités, ABE Sensei signe un contrat avec la Légion Étrangère, en tant qu’instructeur de close combat.

Aidé par son élève Jean ZIN (4ème dan de Judo - 3ème dan d'Aïkido à l’époque), il publie deux ouvrages pédagogiques en français : "L'arme et l'esprit du Samouraï japonais" paru en 1958 puis "La victoire par la paix" paru en 1960. Ces deux livres contiennent des centaines de photos techniques révélant un art proche des techniques d’entre deux guerres du fondateur.

Le 5 juin 1960, à l'occasion de son dernier stage avant son retour au Japon, Maître ABE décerne les deux premières ceintures noires féminines Belges à Mesdames Louise BOTILDE-NAESSENS et à Simone NEEFFS-HANNOSET.

Après huit années de travail en Europe, il est expulsé de France et retourne dans son pays natal. En situation financière précaire, Tadashi ABE vend pour un million d'anciens francs, son titre de délégué de l'Aïkikaï pour l'Europe et l'Afrique à son élève André NOCQUET afin de financer son retour au Japon. Il lui décerne également le quatrième dan et le désigne pour lui succéder comme Directeur technique de l'Association Nationale d'Aïkido (A.N.A.). ABE Sensei laisse un héritage de plusieurs milliers de pratiquants en France, avec parmi eux de nombreuses ceintures noires.

Les maîtres Masamichi NORO (en 1961) et Mutsuro NAKAZONO (en 1961) lui succéderont pour la France, Aritoshi MURASHIGE (en 1962) pour la Belgique et Hiroshi TADA (en 1964) pour l'Italie.

A son retour au Japon, Tadashi ABE est déçu par l’évolution "circulaire" de l’Aïkido, il reproche aux responsables du Hombu Dojo de pratiquer un sport non conforme aux techniques du Fondateur.

Promu 7ème dan, il occupe le poste de Directeur du service étranger de l'Aïkikai

ABE Sensei aurait refusé son grade de 8ème dan et quitté l’Aïkikai après le décès du Fondateur (les faits varient selon les sources et les témoignages).

Par la suite, il se lance dans les affaires d’import-export de cravates à Hong Kong. Il voyage en Amérique, où son neveu Yoshimitsu YAMADA enseigne l’aïkido, puis à Madagascar pour son travail au sein de l'association Nippo-malagasy dans les années 1970 à 1972.

En réponse à la lettre d'explication de Koichi TOHEI sur son départ de l'Aïkikaï, en 1974, Tadashi ABE écrit a son tour une lettre de réfutation accusant ce dernier de manque de reconnaissance et d'originalité.

En 1976, ABE Sensei participe au premier congrès officiel de la Fédération Internationale d'Aïkido à Tokyo.

Tadashi ABE décède le 23 novembre 1984, à l’âge de 58 ans.

 

Tadashi ABE fut le pionnier de l'Aïkido en Europe et en France plus particulièrement. Il fut le premier professeur à vivre et enseigner sur une longue période en occident. Homme peu banal, il se démarquait par son caractère guerrier et sa pratique très martiale. Respecté pour sa technique et ses engagements, il avait une très haute estime de l’Aïkido et du fondateur, dont il portait toujours une photo sur lui…Doué pour la pratique, il avait aussi un sérieux penchant pour l’alcool et le combat… laissant derrière lui de nombreuses anecdotes à raconter à tous ceux qui l'ont rencontré !

ABE Sensei à été le professeur de plusieurs hauts gradés parmi lesquels Pierre CHASSANG (8ème dan TAI), André NOCQUET (8ème dan), Jean ZIN (3ème dan), Guy BONNEFOND (6ème dan), Jean DELFORGEMichel DUNIERES, René ROBINET, Jean-Daniel CAUHEPE, Daniel-André BRUN (9ème dan FAT), Guy LORENZI (7ème dan), Roberto ARNULFO (7ème dan), Alain GUERRIER (7ème dan), Claude GENTIL (7ème dan), Dr Pierre WARCOLLIER (3ème dan), Julien NAESSENS (7ème dan), Pierdomenico ANZALONE, Attilio INFRANZI,  Henry PLEE (3ème dan)...

 

LIENS

Biographies : Lien 1 (Fra) - Lien 2 (Fra) - Lien 3 (Fra) - Lien 4 (Fra) - Lien 5 (Ita)

Articles : Lien 1 (Fra) - Lien 2 (Fra) - Lien 3 (Ang) - Lien 4 (Fra) - Lien 5 (Fra)Lien 6 (Fra) - Lien 7 (Fra) - Lien 8 (Fra)Lien 9 (Fra) - Lien 10 (Fra)Lien 11 (Fra)Lien 12 (Fra) - Lien 13 (Ita) - Lien 14 (Ang) - Lien 15 (Ita) - Lien 16 (All)Lien 17 (Fra)

Galerie vidéos

 

 

joomla template gratuitjoomla free templates
2018  Aikido Club de Montarnaud  globbers joomla template