image1 image2 image3

Atemi

 

Pour beaucoup de gens, aujourd'hui, le mot atemi désigne le coup de poing du karaté, parce qu'au karaté, le but de l'entraînement, est de détruire l'adversaire d'un coup de poing ou de pied.

Et j'écris ce chapitre, parce que d'aucuns croient qu'il n'y a pas d'atemi dans l'étude de l'aïkido.

Certes, dans la pratique actuelle de l'Aïkido, on a supprimé l'atemi pour éliminer le risque de blesser le débutant, également pour éviter que le pratiquant privilégie l'étude de l'atemi au détriment de la technique, aussi pour empêcher des étudiants à l'esprit mal tourné d'en faire un mauvais usage alors qu'ils auraient progressé dans la technique.

Donc ceux qui affirment qu'il n'y a pas d'atemi en Aïkido, connaissent moins que rien de l'Aïkido. O Senséi définissant l'Aïkido dit :« l'Aïkido est irimi et atemi ». Toutes les techniques de l'Aïkido incluent l'atemi.

Étymologiquement, ateru exprime l'idée d'estimer et d'évaluer avec précision la surface et le prix d'un champ. Par extension nous aurons : placer exactement, tomber juste à l'endroit voulu, au centre d'une cible, par exemple. A l'idée d'estimer, évaluer, s'ajoute donc la notion de succès.

Mi : le corps. Dans l'ancien Budo, atemi consistait à frapper les points vitaux de l'adversaire, pour provoquer une perte de connaissance ou la mort. Blesser en surface ou même briser un os n'est pas un atemi.

En Aïkido l'atemi est aussi utilisé pour dominer la volonté d'attaque, provoquer une douleur aux points vitaux, perturber la concentration de l'adversaire, stopper son intention d'action.

De ces atemi légers, on passe aux atemi qui provoquent l'évanouissement ou la mort. Il est bon de les étudier en pensant à l'utilisation du couteau. Évidemment, ce travail doit comprendre l'étude des points de réanimation. Si vous étudiez les points de l'acupuncture, telle qu'elle s'est récemment développée, j'espère que vous comprendrez que les points qui peuvent apporter la guérison, peuvent aussi donner la mort. C'est un bon exemple qui montre qu'il y a en tout, ura et omote.

Quand vous aurez atteint un niveau d'étude élevé, il sera bon que vous découvriez, en cours d'exercice, la possibilité de placer ici ou là, un atemi.

Texte de TAMURA SHIHAN, extrait de son livre "TAMURA AIKIDO" - 1986.

joomla template gratuitjoomla free templates
2018  Aikido Club de Montarnaud  globbers joomla template