Aikijo

L’aikijo est un ensemble de techniques de bâton pratiquées selon les principes de l'aïkido.

 

Origine

L'Aïkijo fut développé par Morihei UESHIBA dans son dojo d'Iwama en même temps que l'Aïkiken. Sa pratique est différente du Jodo, basé essentiellement sur des techniques de défense contre un sabre. L’Aikijo a été développé à partir de l’art de la lance Hozoïn que le fondateur avait étudié avec Sokaku TAKEDA. Maître UESHIBA était également un expert militaire dans l'art de la baïonette (jukenjutsu).

Etudier l’Aïki-Jo n’est donc pas étudier le maniement du bâton mais le maniement d’un ensemble d’armes que le fondateur avait étudié et adapté aux principes de l’Aïkido.

Le fondateur n'enseignait pas régulièrement la pratique des armes au hombu dojo. Sa pratique ne fut transmise qu’à un nombre restreint d’élèves. Le programme d'apprentissage de l'Aïkijo fut codifié par Morihiro SAITO, élève dévoué du Fondateur pendant 23 ans et témoin actif de cette phase de création.

Maître SAITO fit un grand travail de classification et de décomposition des techniques afin d’en faciliter l’apprentissage. Il détermina un programme permettant l’enseignement des armes de l’aïkido à des groupes entiers d’élèves, programme faisant encore référence aujourd’hui.

 

Polémique

Le développement et l'enseignement de l'aikiken et l’aikijo constituèrent une source de problèmes au sein de l'aïkido après la mort du Fondateur. En effet, les enseignants de l’Aikikai Hombu dojo avaient pour la plupart étudié sous la direction de son fils Kisshomaru UESHIBA et de Koichi TOHEI à une époque ou la pratique était essentiellement à mains nues.

Afin de remédier à ce qu'il percevait comme un manque dans l'enseignement du Hombu dojo, Maître SAITO commença à délivrer des diplômes séparés validant la connaissance de l’aikiken et l'aikijo. Jugeant cette initiative inopportune, le Hombu dojo lui demanda de cesser cette pratique. Il s'ensuivit un conflit entre le Hombu dojo et le dojo d'Iwama, qui conduisit après la mort de Morihiro SAITO à une séparation entre l'Aikikai et l'école dirigée par le fils de Morihiro SAITO (Hitohira SAITO), l'Iwama ryu.

 

 

L'enseignement de l'Aïkijo

L’Aikijo lui à été transmis de manière traditionnelle dans une pratique à deux de maître à disciple. Ce type d’enseignement n’étant pas adapté à un groupe d’élèves SAITO Sensei décida de le modifier et en fit un système complet d'exercices permettant une diffusion équivalente au travail à mains nues et de le faire reconnaître comme partie intégrante de l'Aïkido.

Il décomposa ainsi 20 mouvements de Suburis (mouvements de coupe ou frappe de base) établis directement par O’Sensei.

Il codifia également 10 Kumi-Jo (katas représentant des situations d'affrontement). Il a tout d’abord combiné les mouvements que lui avait enseigné le fondateur en 7 Kumi-Jo, puis en 1983 à l’occasion d’une démonstration au BUDOKAN, il a mis au point 3 Kumi-Jo supplémentaires.

Le Kata 31 avait été mis au point par O’Sensei qui l’exécutait toujours de manière fluide et en un seul tenant. Afin de l’enseigner plus facilement Morihiro SAITO l’a décomposé en 31 mouvements. Le nom de Kata 31 vient donc de ce dernier mais pas le kata en lui-même.

En ce qui concerne le Kata 13 c’est également à SAITO Sensei que l’on doit son nom et sa décomposition. En effet, ce kata était à l’origine beaucoup plus long, mais O’ Sensei ne le pratiquait que très rarement. SAITO Sensei ne se rappelant pas de la suite, il l’a donc raccourci.

L'Aïki-Jo comprend ainsi plus d'une centaine de mouvements (et de nombreuses variantes) ayant une parenté étroite avec le Taïjutsu et l’Aïkiken.

 

Source principale : wikipedia.org

joomla template gratuitjoomla free templates
2020  Aikido Club de Montarnaud  globbers joomla template